Renault Group s’associe avec Vitesco Technologies pour l’électrification de ses moteurs

Renault Group s’associe avec Vitesco Technologies pour l’électrification de ses moteurs

Le groupe Renault a choisi l’entreprise allemande Vitesco Technologies pour le développement du module accueillant le système électrique de ses véhicules. Le projet « One Box » devra équiper les voitures électriques et hybrides de la marque française d’ici 2026.

Le concept « One Box » pour l’avenir des moteurs Renault

Renault Group a signé un contrat de collaboration avec l’équipementier allemand Vitesco Technologies le 12 juillet 2022. L’objectif de cette coopération concerne le développement et la production conjoints du boîtier « One Box ». Philippe Brunet, Directeur de l’Ingénierie mécanique, thermique et électrique du groupe français, déclare que ce « partenariat avec Vitesco Technologies s’inscrit dans l’intégration de la chaîne de valeur des véhicules électrifiée, avec une meilleure maîtrise des coûts comme priorité ».

Renault Group s’associe avec Vitesco Technologies pour l’électrification de ses moteurs
Vitesco Technologies

One Box sera un boîtier servant à accueillir les composants électroniques de puissance de la voiture. Il rassemblera donc les pièces comme le convertisseur DC-DC, le chargeur embarqué OBC ou encore l’onduleur. En plus de la maîtrise des coûts, la One Box devra également assurer un rendement plus efficace tout en permettant une réduction du poids. Selon Renault, la One Box sera 45 % plus compacte que les unités actuelles.

Équiper les véhicules électriques et hybrides Renault d’ici 2026

Un communiqué de la part du groupe indique que l’assemblage de la One Box se fera dans ses sites industriels de la France. Pour rappel, ces zones produisent déjà les modèles électriques de la firme, comme la Zoé ou la Mégane E-Tech. L’unité devra équiper les véhicules 100 % électriques, mais également hybrides de la marque d’ici 2026. La majorité des équipes de développement de la plateforme s’installeront à Toulouse, dans les installations de Vitesco, dans la Haute-Garonne.

Ce choix s’explique par la présence de l’essentiel des compétences dans ces locaux. Renault et Vitesco veulent anticiper l’annonce de la norme Euro 7 qui pourrait gravement retarder le projet. 65 % de l’équipe de Philippe Brunet travaillent actuellement sur l’électrification. Les 35 % restant se consacrent sur les moteurs électriques pour se préparer à cette nouvelle norme. Cette dernière reste encore en phase d’élaboration, et attendre les spécifications définitives mettra le constructeur face à un énorme retard dans ses délais de production.

Les moteurs électriques nécessitent désormais des logiciels et des applications. Dans le cadre du projet, Vitesco Technologies s’assurera de la production de celles destinées aux véhicules hybrides (HEV), alors que Renault produira celles pour les voitures 100 % électriques (BEV).

Le partenariat avec Vitesco Technologies 

La One Box, codéveloppé entre Renault group et Vitesco Technologies, va s’intégrer sur les technologies actuelles du constructeur. Cela concerne entre autres le module IGBT et le Mosfet silicium. Selon Philippe Brunet, cela représenterait une économie de 30 %. Sur les technologies futures, elle permettrait un gain entre 10 et 20 %.

L’accord entre Renault group et Vitesco Technologies ne vas pas seulement se limiter au développement et la production de la One Box. Le constructeur français a en effet intégré l’équipementier allemand comme ses fournisseurs à court terme pour assurer son avancée dans l’électrification. L’éditeur recevra donc un marché pluriannuel de la part de Renault sur l’électronique de puissances des voitures électriques. L’entreprise allemande fournira également une High Voltage Box qui combinera le convertisseur AC/DC et le chargeur des véhicules à partir de 2025.

Renault continue de chercher à agrandir sa part de marché dans l’électrique. Pour cela, elle enchaîne les partenariats pour rester compétitive. La collaboration avec Vitesco Technologies arrive après Valeo, Envision, Verkor et Minth. Selon les estimations, le constructeur passerait de 8 % à 50 % dans la maîtrise des batteries, et de 35 % à plus de 70 % dans la chaîne de traction électrique, hors batteries.

Les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.