Tchap, la nouvelle messagerie de l’État français

L’État français vient de lancer une messagerie privée sécurisée, Tchap, destinée à remplacer WhatsApp ou Telegram pour les communications des agents des services de l’État ou du gouvernement. Une information indiquée par le directeur interministériel du numérique, Nadi Bou Hanna.

À noter que Tchap est disponible sur les magasins d’applications d’Apple et Google. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à la télécharger (sous certaines conditions) !

La messagerie est conçue en collaboration avec New Vector, une start-up franco-britannique. L’application est « chiffrée de bout en bout », et est hébergée sur des serveurs de l’État.

Une messagerie open source

Tchap est accessible à toutes les personnes qui disposent d’une adresse mail professionnelle de type “@gouv.fr” ou assimilé. Il est aussi possible de s’inscrire avec un autre mail, via un lien d’invitation qui doit être envoyé par une personne déjà membre.

Sur l’application, « nous allons ajouter très rapidement la visiophonie et la téléphonie », indique M. Bou Hanna.

À noter que l’application est ponctuellement accessible à des personnes extérieures aux services de l’État, puisqu’elle est développée sur du code ouvert (open source).

M. Bou Hanna a également indiqué que l’État aura bientôt son propre service de conférence vidéo, Jitsi.

Selon le descriptif donné par la Direction Interministérielle du Numérique et du Système d’Information et de Communication de l’État (DINSIC), l’application sert aux échanges « d’informations sensibles ou moins sensibles, en mobilité ou depuis un poste de travail bureautique ».

Les fonctionnalités

Tchap permet de discuter par écrit à deux ou en groupe, partager des fichiers, créer des salons privés ou publics, annuaire intégré des membres et peut même être utilisée simultanément sur plusieurs appareils.

Pour rappel, le nom « Tchap » fait référence au télégraphe optique de Claude Chappe, mis en service sous la Révolution et qui fut utilisée jusqu’au milieu du XIXème siècle et à l’arrivée du télégraphe électrique.

Total
1
Shares
1 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi