Connectez-vous aux sources d'informations sur le numérique, les réseaux sociaux, les sciences, et les technologies
Source : PxHere

Tabagisme : les e-cigarette deux fois plus efficaces que les patchs

Les e-cigarettes seraient deux fois plus efficaces que les patchs et les gommes à la nicotine pour arrêter de fumer, selon une étude britannique d’une ampleur inédite. Des résultats qui rebattent les cartes sur les risques et bénéfices de la cigarette électronique et, au-delà, sur les conceptions des politiques publics “anti-tabagisme”.

L’article publié fin janvier par le New England Journal of Medicine est la plus importante étude menée jusqu’à aujourd’hui sur l’impact de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique, que ce soit par le nombre de personnes concernées (886), par sa durée (une année), ou par sa méthodologie (suivi hebdomadaire des fumeurs).

Les participants à cette étude, des fumeurs désirant arrêter, se sont vus proposer de remplacer la cigarette par des cigarettes électroniques, des patchs ou des gommes à la nicotine. Résultat : un an plus tard, 18% des “vapoteurs” n’avaient pas rechuté contre seulement 10 % des participants ayant choisi les patchs et les gommes.

Les effets pour la santé des différents substituts à la cigarette sont toutefois différents, puisque les participants ayant opté pour les e-cigarettes se plaignent plus fréquemment d’irritations à la gorge, tandis que ceux s’étant tourné vers gommes et patchs évoquent des nausées et une recrudescence de toux et de glaires.

Cette étude démontre que les politiques de santé publique ont encore beaucoup de travail à faire pour comprendre et utiliser de manière optimale les nouvelles alternatives à la cigarette que représentent les cigarettes électroniques, mais également les dispositifs de tabac à chauffer, une nouvelle méthode permettant d’éviter la combustion du tabac et de limiter potentiellement les risques pour la santé.

Si on manque encore de recul pour estimer les risques à long-terme de ces nouveaux substituts sur la santé, tout laisse néanmoins à penser qu’ils demeurent largement moins nocifs que la cigarette, et qu’ils peuvent aider certains fumeurs à décrocher. Une réflexion que la science doit prendre à bras le corps pour accompagner les consommateurs.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More