Le marché des bots a connu une expansion nette en 2016, et Recast.AI est un acteur majeur du monde des agents conversationnels. Fondée en 2015 par trois diplômés de l’école 42 et un entrepreneur de succès, la “startup” Parisienne est aujourd’hui la référence de plus de 7000 utilisateurs.

La plate-forme permet aux développeurs de créer un bot en quelques minutes de façon collaborative. En effet, les bots présents sur Recast.AI sont publics et peuvent être consultés puis « forkés », c’est à dire importés par les autres utilisateurs qui cherchent l’inspiration. Il est également possible de travailler à plusieurs sur un bot.

La collaboration joue notamment un rôle important sur la technologie de NLP (Natural Language Processing) et NER (Named Entity Recognition) : elle est entraînée par chaque utilisateur, et donc en perpétuel apprentissage, ce qui la rend précise et adaptable.

Si créer un bot peut sembler complexe et fastidieux. Recast.AI met un point d’orgue sur la simplicité de son interface et le confort d’utilisation. Bot Builder en est un bon exemple ! L’outil permet de visuellement créer le flux de la conversation, rendant la conception et le test du bot nettement plus ludique.

D’autres outils comme le Train (permettant d’entrainer le bot) et Bot Connector (unique API permettant de connecter un bot à plusieurs canaux de communications tels que Messenger, Slack ou Kik) s’insèrent dans cette vision de plate-forme de bot tout-en-un.

Enfin, un bot créé avec Recast.AI, grâce à des technologies de data augmentation, ne nécessite qu’une cinquantaine de phrases pour fonctionner correctement. Finis les “datasets” interminables.

Après une levée de fonds de deux millions d’euros en juin 2015, la “startup” continue son développement en déclinant son offre pour les entreprises, de la création de bots à la privatisation de la plate-forme pour les grands groupes.

Recast.AI : une énième alternative pour créer une intelligence artificielle
Voter pour cet article
1 commentaire
  1. “un bot créé avec Recast.AI, grâce à des technologies de data augmentation, ne nécessite qu’une cinquantaine de phrases pour fonctionner correctement. Finis les “datasets” interminables”

    Cette phrase fait rêver. J’aimerai donc avoir plus de détails sur son origine. Comment avez-vous évaluer que 50 phrases suffisent? Quelle est la richesse des intentions sous-jacentes?

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez vous à notre newsletter

Soyez informé des derniers articles sur YubiGeek. Saisissez votre adresse email et validez le formulaire. Un email de confirmation vous sera communiqué.

Vous devriez également aimer

Tout savoir sur les CMS

« Système de Gestion de Contenu » traduit de l’anglais « Content Management System » est le…

Chatbot : créer une Intelligence Artificielle sur les réseaux sociaux

Un Chatbot, ou “agent conversationnel” est un agent qui dialogue avec un…

Couleurs des réseaux sociaux

Il arrive parfois que vous cherchiez les couleurs de votre réseau social…

Facebook API : comment obtenir un jeton d’accès qui n’expire pas

Si vous êtes développeur, et que vous utilisez l’API de Facebook, vous…