Connectez-vous aux sources d'informations sur le numérique, les réseaux sociaux, les sciences, et les technologies

Les USA pourraient interdire le chiffrement de bout en bout

Dernièrement, le gouvernement américain est en train de mener des discussions sur la nécessité d’un projet de loi pour interdire le chiffrement de bout en bout, cette nouvelle forme de sécurité. Toutefois, aucune décision officielle n’a été prise pour l’instant.

Aux USA, il semble que les forces de l’ordre mènent beaucoup d’efforts pour faire face au chiffrement de bout en bout. Selon les informations publiées par le site Politico, une réunion à eu lieu la semaine dernière, dans le cadre d’un conseil de sécurité nationale, au niveau de laquelle les membres du gouvernement américaine ont débattu la nécessité ou non d’une nouvelle loi qui interdirait cette forme de sécurité. Comme déjà précisé ci-dessus, aucune décision officielle n’a été prise à l’issue de cette réunion. Mais vu la pression des agences de police et de renseignement, le sujet risque de rester sur la table.

Si le gouvernement prendrait une telle décision, elle serait unique dans le monde occidental. A noter que certains pays, comme l’Australie ou le Royaume-Uni ont déjà voté des lois qui obligent les opérateurs et fournisseurs de services à collaborer avec les forces de l’ordre. Toutefois, les lois mises en vigueur n’interdisent pas le chiffrement de bout en bout.

Une loi qui faciliterait la surveillance ?

Pour accéder au contenu échangé par une application, comme Telegram ou WhatsApp, une seule solution est possible : pirater le terminal pour accéder aux informations avant chiffrement. Cela peut se faire par l’installation d’un “malware” tiers, ou encore par l’obligation du fournisseur de service d’intégrer une porte dérobée dans son application.

Or, il faut savoir que lesdites solutions sont difficiles à mettre en place. C’est pour cette raison que le gouvernement américain souhaiterait tout simplement interdire cette solution de protection. Résultat : faciliter la tâche des forces de l’ordre.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More