Connectez-vous aux sources d'informations sur le numérique, les réseaux sociaux, les sciences, et les technologies

IA : Google investit dans des outils pour la police et l’armée

Certes, Google a abandonné sa participation dans un projet de drone militaire, mais la société s’intéresse toujours à l’Intelligence Artificielle (IA) et développe, discrètement, des outils pour la police et l’armée.

Selon les informations partagées par le site The Intercept, l’entreprise américaine a fondé un fonds d’investissement en 2007 pour financer des projets liés à l’IA. Le fond se cache sous le nom « Gardient Ventures ».

Pour rappel, les salariés de la firme ont fait savoir aux dirigeants qu’ils n’étaient pas prêts à développer des outils qui puissent être utilisés comme des armes. Ils ont déjà dénoncé le projet « Maven » qui espérait le développement d’outils d’IA à destination des drones militaires. D’ailleurs, 4 000 employés ont signé une pétition pour forcer Sundar Pinchai à renoncer au projet.

Le fond mis en place en 2007 pilote de petites sociétés spécialisées, moins influencée par le « Don’t be evil » de Google. Par exemple, la « startup » Cogniac fournit des solutions de traitement d’images capturées par les drones à l’armée américaine et à un compté d’Arizona pour analyser les visages des personnes traversant la frontière mexicano-américaine. Une activité qui n’est pas compatible avec la culture de Google, mais qui utilisent des technologies de la firme américaine.

Certains employés de Google se sont confiés à The Intercept (en gardant l’anonymat) pour préciser que les « startups » utilisaient aussi les données d’entraînement d’IA produites par la société américaine.

Certes, Google n’est pas impliquée de façon directe dans le développement de technologies à usages militaires, mais continue toujours d’investir, indirectement, dans le secteur.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More