Startups

La gratuité contre des données : on décrypte ce nouveau business model

Publié par Matthieu Espaze
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1

De nos jours, offrir un produit ou un service sans business model est très problématique pour les « start-ups ». L’argument du gratuit ne fonctionne pas à long terme si l’activité de l’entreprise repose essentiellement sur la vente de produits ou de services. Le nouveau concept de la gratuité contre des données prend de l’ampleur et touche de plus en plus de secteurs.

Le principe de ce business model

La gratuité contre des données est le seul business model dans lequel le freemium puisse être une stratégie rassurante, voire rentable, pour l’entreprise. En effet, contrairement au freemium classique, elle ne repose pas sur le taux de conversion des utilisateurs gratuits qui deviennent des clients payants. En réalité, les plateformes qui utilisent ce business model peuvent donc déjà se financer grâce à la monétisation des données récoltées. C’est ainsi qu’elles peuvent se permettre de proposer des services gratuits.

Son mode de fonctionnement est simple, mais très efficace. Il consiste à proposer un service gratuit en échange de données communiquées par les utilisateurs parfois, volontairement et parfois, à leur insu. Concrètement, la récolte de données peut prendre plusieurs formes. Il arrive que les « start-ups » demandent aux utilisateurs de s’abonner ou de s’inscrire pour bénéficier du service gratuit. Dans certains cas, les fameux cookies sont installés pour permettre la géolocalisation de l’internaute ou l’accès aux données disponibles sur son poste de travail. Parfois, c’est le partage de données ou le stockage de données sur des « clouds » qui permettent aux « start-ups » de les exploiter.

La monétisation des données ne concerne pas uniquement les entreprises. Pour les plateformes, les données fournies par les particuliers ont également de la valeur. Et bien, qu’elle ne soit pas encore quantifiée de façon certaine et claire, la valeur des données personnelles est plus qu’importante puisqu’à terme, celles-ci permettront par exemple, de mieux identifier la cible d’une campagne publicitaire.

Les exemples concrets

De nombreux exemples concrets peuvent être cités pour illustrer ce business model, depuis les plus petites structures économes (start-up) aux grands acteurs internationaux (réseaux).

Le site ControleTechniqueGratuit par exemple, permet de faire passer son contrôle technique pour pas cher, voire gratuitement. Le secret de cette gratuité réside dans la collecte d’informations sur la vie de l’automobile et le comportement de l’automobiliste.

Amazon a développé son service underground qui permettait d’obtenir des jeux vidéo et des applications gratuites en échange de certaines données d’utilisation. Bien que le géant ait réalisé une stratégie qui collait au plus près des attentes de ses clients, elle a toutefois décidé de fermer ce service en ligne.

Les réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook par exemple exploitent vos données lorsque vous partagez votre vie privée en ligne (photos, vidéo, centre d’intérêt, etc…). Il faut savoir que les internautes peuvent produire des données exploitations de différentes manières. Parfois, ils le font volontairement en s’inscrivant à un site internet par exemple. Mais il peut arriver aussi que les internautes fournissent des données sans le savoir, comme par exemple des données de navigation, l’historique des recherches effectuées ou tout simplement en « retweetant » un contenu.

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1

A propos de l'auteur

Matthieu Espaze

Entrepreneur Digital.
Editeur de sites & accompagnement de startups sur les nouveaux business du Web.

Écrire un commentaire

Partager ceci avec un(e) ami(e)