Connectez-vous aux sources d'informations sur le numérique, les réseaux sociaux, les sciences, et les technologies

Facebook : un cofondateur appelle à son démantèlement

Le jeudi 9 mai, une nouvelle voix s’est élevée contre le réseau social de Mark Zuckerberg. Chris Hughes, l’un des cofondateurs de Facebook, a appelé à son démantèlement. Pendant ce temps, le patron était attendu à l’Élysée pour parler régulation d’internet avec le chef d’État Emmanuel Macron.

« Il est temps de démanteler Facebook », a écrit Chris Hughes dans les colonnes de New York Times, le jeudi 9 mai. Dans une longue tribune publiée sur ledit journal, le cofondateur a appelé à séparer le réseau social initial des applications WhatsApp et Instagram. De plus, le cofondateur indique qu’il milite pour imposer un contrôle strict au Facebook.

Chris Hughes, qui a quitté la firme et affirme avoir vendu ses parts en 2012, s’en prend directement au PDG de Facebook. Il l’accuse d’avoir sacrifié la protection de la vie privée des utilisateurs au profit du clic et d’avoir éliminé la concurrence sans état d’âme.

Selon lui, Mark Zuckerberg « a créé un Léviathan qui élimine l’esprit d’entreprise et restreint le choix des consommateurs ». À noter que Chris Hughes est désormais membre de l’Economic Security Project (ESP) qui milite pour l’instauration d’un revenu minimum d’existence aux États-Unis, et du Roosevelt Institute.

Selon le cofondateur de Facebook, le patron actuel pourrait décider à lui seul de configurer les algorithmes du réseau social pour modifier ce que les utilisateurs voient sur le fil d’actualité, ou encore les paramètres de protection de la vie privée.

« Je suis en colère du fait que la priorité qu’il a accordé à la croissance l’ait amené à négliger la sécurité et la civilité pour la course aux clics », déplore-t-il. « Le gouvernement doit tenir Mark pour responsable » ajoute-t-il.

Interrogé par l’AFP, le responsable de la communication du groupe, Nick Clegg, a réagi en affirmant que « Facebook accepte le fait que son succès s’accompagne d’une responsabilité ». « Mais on ne peut pas faire appliquer cette responsabilité en appelant à démanteler une entreprise américaine à succès via l’introduction méticuleuse de nouvelles règles pour internet. C’est exactement ce à quoi a appelé Mark Zuckerberg », a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, le patron du réseau social avait une réunion avec le chef d’État Emmanuel Macron pour évoquer la thématique de la régulation d’Internet.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More