Connectez-vous aux sources d'informations sur le numérique, les réseaux sociaux, les sciences, et les technologies

FaceApp aspire aussi vos données

Tout comme certains réseaux sociaux, FaceApp aspire aussi les données de ses utilisateurs. FaceApp est tout simplement une application russe qui fait vieillit. Il y a quelques jours, l’application fait un boom dans les quatre coins du monde. Des questions se sont donc posées quant à l’usage que fait la société des informations qu’elle récupère.

Lancé en 2017, l’application a refait surface en se basant sur l’intelligence artificielle, permettant donc aux utilisateurs de vieillir, rajeunir, modifier le teint ou le sourire d’un visage. A noter qu’elle est l’application la plus téléchargée sur Google Play, avec plus de 100 millions d’utilisateurs.

Dernièrement, un sénateur américain a demandé au FBI d’enquêter sur les « risques pour la sécurité nationale » et la Pologne et la Lituanie ont annoncé qu’elles allaient examiner de près l’application.

Quant aux spécialistes de la cybersécurité, ils préfèrent relativiser les risques. D’ailleurs, la société israélienne Checkpoint n’a « rien trouvé d’extraordinaire dans cette application » qui «  semble avoir été développée dans le bon sens » et ne présente donc pas de « permissions agressives ».

Lors d’une interview publiée par France 3 Occitanie, Baptiste Robert, un expert en sécurité, indique qu’il y a « des problèmes de vie privée inhérents à cette application, puisque vous allez envoyer sur des serveurs à l’étranger, qui appartiennent à des compagnies étrangères que vous ne connaissez pas, votre visage. C’est-à-dire des données biométriques personnelles et vous n’avez aucune idée comment elles vont être utilisées après coup ».

De son côté, Sylvain Staub, un avocat spécialisé en droit de la donnée, précise qu’il « ne faut pas stigmatiser FaceApp, énormément d’applications recourent aux mêmes procédés ».

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More