Les curiosités sur les machines à sous que tout le monde aimerait connaître

Les curiosités sur les machines à sous que tout le monde aimerait connaître

Les machines à sous ont un statut particulier dans le monde des casinos. Elles sont souvent la première chose qui vient à l’esprit lorsque l’on pense aux grandes salles de jeux, en particulier celles de Las Vegas et, désormais, quand on parle de casinos en ligne.

Généralement, elles représentent le jeu avec lequel on aborde le royaume du jeu pour la première fois, en raison de la simplicité et du plaisir qu’elles procurent sans avoir à étudier une stratégie particulière. On peut dire que les machines à sous sont comme le football parmi les sports : célèbres, simples, avec un large public de fans. Mais malgré cela, elles restent des jeux fascinants, et il y a beaucoup de faits curieux à leur sujet.

L’inventeur ? Un mécanicien

Eh bien, oui. Ce jeu a été inventé par un simple mécanicien. Si les origines des casinos en tant que lieux de jeux sont assez floues, on sait avec certitude que la première machine à sous a été inventée en 1899 par Charles Fey, un mécanicien allemand. Son produit s’appelait Liberty Bell et, contrairement à d’autres machines de jeu, était massive et pesait plus de 100 livres. Il s’agissait d’une simple machine à sous à 3 rouleaux avec 5 symboles chacun comprenant une cloche (notamment « bell » en anglais), d’où vient son nom.

La première machine à sous inventée par Charles Fey ne versait pas d’argent lorsque vous gagniez, mais de bonbons et de fruits à mâcher. Et c’est la raison pour laquelle des bonbons et des fruits apparaissent encore aujourd’hui sur les bobines.

Un plaisir particulier

Quand vous gagnez, vous ressentez du plaisir physique, et même quand vous ne gagnez pas : êtes-vous d’accord ? Apparemment, des études scientifiques ont découvert un fait assez étrange : gagner aux machines à sous stimule la libération de dopamine, ce qui provoque le plaisir physique.

Mais encore plus étrange est le plaisir ressenti lorsque vous perdez. Selon les chercheurs, cela est dû au fait que notre cerveau interprète encore une mauvaise combinaison de symboles comme une victoire, et induit donc la libération de dopamine. La faute en revient au cerveau, qui identifie le 2 sur 3 comme une quasi-victoire, avec toutes les conséquences de l’affaire.

L’incroyable cas de Tommy Carmichael

À l’âge de 16 ans, Tommy Carmichael a fait une découverte qui a changé sa vie. Il a découvert qu’en attachant une pièce de monnaie à un fil, il pouvait jouer aussi longtemps qu’il le voulait aux jeux électroniques sans rien dépenser. Au lieu de se contenter de jeux vidéo et de flippers, il a commencé à voler dans les bandits manchots des salles de jeux avant, bien évidemment, d’être arrêté.

Mais Tommy n’a pas abandonné son idée et a acheté une machine à sous, qu’il a démontée et analysée en détail pour comprendre son fonctionnement. Bien sûr, pour l’étudier à fond et la tromper. Ainsi, il a gagné 10 000 dollars par jour, devenant célèbre dans tous les États-Unis. Entre 1996 et 2001, il a été arrêté à plusieurs reprises.

Le fait le plus bizarre ? Après plusieurs séjours en prison, Tommy a été embauché par International Game Technology pour concevoir des systèmes de sécurité pour les machines à sous.

La fureur de Fiorello La Guardia

L’histoire ressemble au scénario classique d’une bagarre ou d’un acte de vandalisme insensé, mais les apparences peuvent être trompeuses. La Guardia est le nom d’un ancien maire de New York d’origine italienne qui a été élu en 1934 et son mandat a duré jusqu’en 1945. En tant que profond protestataire du jeu, dans les années 30 et 40, il a organisé une campagne contre les jeux d’argent et les machines à sous, qu’il a définies comme les machines du diable. Un jour, dans le quartier de Long Island à New York, il a pris un bâton de baseball et détruit toutes les machines à sous dans une salle d’arcade.

L’homme qui chuchotait aux machines à sous

Ronald Dale Harris était un ingénieur qui travaillait pour la Nevada Gaming Commission. Son travail consistait à programmer des jetons pour les machines à sous. Il a créé une faille dans le système connue de lui seul, un code à saisir pour remporter le jackpot. Il suffisait de saisir une combinaison spécifique de pièces, par exemple « cinq pièces, pause. Deux pièces, pause, etc. », et d’atteindre que la machine reconnaisse le code pour ensuite distribuer l’argent. Diaboliquement brillant, vous ne trouvez pas ? Il a quand même été arrêté…

Un jeu en ligne gratuit

Cela est un concept que beaucoup de gens ne comprennent pas toujours. Aujourd’hui, vous pouvez jouer gratuitement et sans limite à votre machine à sous en ligne préférée.

La révolution numérique dans l’industrie des casinos a conduit à la création de nombreux sites de jeux en ligne proposant des jeux d’argent, à la fois payants et gratuits. Plein de plateformes offrent une grande variété de titres gratuits, avec lesquels les joueurs peuvent s’amuser sans aucune limite, en jouant depuis n’importe quel appareil et à tout moment. Et si vous manquez d’argent (virtuel), vous rechargez simplement la page et recommencez.

Les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.