Connectez-vous aux sources d'informations sur le numérique, les réseaux sociaux, les sciences, et les technologies

Comment lutter contre les dérives sur Twitch ?

En cette année 2019, impossible de parler de « gaming » sans parler de Twitch, la plate-forme spécialisée dans le « streaming » de jeu vidéo qui bat tous les records depuis quelques mois.

En début d’année, on apprenait ainsi que le service vidéo avait enregistré un total de 9,36 milliards d’heures de visionnage en 2018, contre 2,31 milliards pour son principal concurrent, YouTube Live. Il s’agit d’une progression de 25% par rapport à l’année précédente.

Si Twitch s’impose aujourd’hui comme une référence pour tous les « gamers », c’est aussi de plus en plus le cas pour l’ensemble du grand public, avec des contenus non axés sur le « gaming » qui arrivent désormais en troisième position parmi les contenus visionnés sur la plate-forme avec un total de 484,5 millions d’heures.

À l’heure où beaucoup estiment que la plateforme Twitch a changé le monde du divertissement et notamment le monde du poker en connectant instantanément les créateurs de contenu avec une audience globale, on note toutefois que le fonctionnement de la plate-forme, axée sur les live en tout genre, lui joue parfois des tours. Ainsi, il arrive régulièrement que des histoires étonnantes mettent Twitch en lumière de façon négative. Focus sur les dérives qui inquiètent les dirigeants du service vidéo et sur les solutions mises en  place par ces derniers.

Twitch, une plateforme ultra populaire

Le problème de la nudité

Sur Twitch, la nudité est un sujet strictement interdit. Ainsi, au sujet des contenus sexuels, la plate-forme explique limiter « le contenu qui implique de la nudité ou qui est de nature sexuelle ». Par ailleurs, le site affirme s’engager à faire en sorte que sa plate-forme ne soit pas utilisée à des fins de violence ou d’exploitation sexuelle. Pourtant, force est de constater que tous les utilisateurs de Twitch ne suivent pas ces règles. C’est particulièrement le cas dans la catégorie « Just Chatting », dédiée aux vidéos en tout genre.

Ainsi, en ce mois de juin, un « streamer » a diffusé une vidéo obscène montrant une femme se faisant lécher les fesses par un chien. En marge de cela, il arrive régulièrement que des jeunes femmes exhibent (plus ou moins volontairement) leur décolleté sur leurs vidéos diffusées à une communauté plus ou moins grande. Enfin, il y a quelques semaines, un groupe de « streamers » infiltré sur Twitch avait diffusé des contenus pornographiques sur plusieurs chaînes de Twitch.

Face à ces dérives, Twitch fait en sorte d’agir de plus en plus rapidement pour supprimer ces contenus et bannir les profils déviants. Concernant la diffusion de contenus pornographiques, Twitch a même décidé d’entamer des poursuites judiciaires contre les « streamers » concernés en déposant plainte auprès du tribunal de district américain en Californie. Son objectif est d’interdire à ce type d’utilisateurs de pouvoir s’inscrire sur son site. Montrer l’exemple pour éviter plus de déviances, voilà la stratégie menée par le service vidéo !

Le respect de l’intimité

Récemment, une autre affaire a beaucoup fait parler de Twitch : le célèbre « streamer » Guy Beahm, aussi connu sous le nom de Dr. Disrespect, s’est retrouvé banni (temporairement ou définitivement, on l’ignore encore) du service vidéo pour avoir diffusé un live depuis des toilettes. Un scandale pour ses 3,4 millions d’abonnés qui n’ont pas compris ce que la vidéo avait d’indécent. La plateforme a alors rappelé que tous les « streamers » ont le devoir de « respecter toutes les lois applicables, locales, nationales et internationales lors de l’utilisation du service ». Or le fait d’utiliser une caméra dans des toilettes publiques est une infraction à la loi californienne sur la vie privée, dans le sens où l’on voyait Dr. Disrespect mais aussi d’autres personnes présentes dans les toilettes, sans leur consentement. C’est vrai que l’idée de savoir que plus de 3 millions d’internautes vous voient potentiellement uriner est quelque peu dérangeante pour les personnes concernées !

Twitch surveille tout ce qui est diffusé sur son service vidéo !

La question de l’âge

Comme toutes les plateformes digitales, Twitch impose à ses utilisateurs d’être âgés d’au moins 13 ans pour pouvoir se connecter à son service et partager du contenu. Or, il y a quelques jours, une polémique a éclaté au sujet d’un jeune utilisateur qui affirmait avoir été exclu de Twitch alors qu’il avait 13 ans.

C’est ce que l’on a appelé l’affaire H1ghSky1, du nom de l’utilisateur. Or, finalement, il s’est avéré que le service vidéo a eu raison de suspendre son compte puisque le jeune garçon a confirmé avoir seulement 12 ans. Il a fait savoir qu’il avait menti volontairement parce qu’il n’en pouvait plus d’attendre d’avoir 13 ans pour réaliser son rêve de devenir « streamer » et joueur professionnel. En voilà un qui passe certainement beaucoup de temps à jouer aux jeux vidéo et qui aurait bien besoin de lunettes pour prendre soin de ses yeux !

Suite à cette révélation, Epic Games, le studio derrière Fortnite, a annoncé la disqualification de H1ghSky1 des tournois auxquels il a déjà participé. Par ailleurs, il se pourrait que le jeune garçon doive restituer les gains qu’il a gagnés en participant à différents tournois d’e-sport. Avec tout cela, vous le voyez, les équipes de Twitch ont de quoi faire pour s’assurer que tous les live diffusés sur son service respectent les règles fixées !

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More