Connectez-vous aux sources d'informations sur le numérique, les réseaux sociaux, les sciences, et les technologies

Apple, Google et Amazon poursuivis en justice ?

Les géants du web, Apple, Google, Amazon, Microsoft et Pandora, sont poursuivis en justice. Pourquoi ? Les ayants droit d’un compositeur ont déposé plainte. Selon eux, les trois firmes proposent dans leur catalogue des copies pirates des disques d’Harold Arlen.

Le fils et d’autres descendants du compositeur Harold Arlen ont déposé plainte à l’encontre des principales plateformes de « streaming » américaines. Pourquoi ? Les firmes vendent et diffusent depuis des années des versions illégales de l’artiste, célèbre pour la chanson Over The Rainbow, chantée par Judy Garland dans le film musical Le Magicien d’Oz.

La plainte posée concerne environ 6 000 enregistrements considérés comme délictueux et décrits comme une « opération de piratage massif de musique » par les avocats des ayants droit. D’ailleurs, les avocats précisent que « Apple, Amazon, Google, Microsoft et Pandora et leurs distributeurs se sont associés à de célèbres pirates de la musique pour vendre et diffuser des milliers d’enregistrements piratés ».

Une musique 30% moins chère

Les plateformes vendent les morceaux de Harold Arlen pour un prix inférieur aux éditions officielles. Selon les informations publiées par Forbes, une chanson de la comédie musicale Jamaica est commercialisée par le label Soundtrack Classics pour 0,99$, alors que la version autorisée de RCA Victor est vendue à 1,29$. À noter que le premier label utilise la même pochette en se débarrassant juste du logo RCA.

« C’est comme si une personne entrait dans un Tower Records [une chaîne de magasin de disques américaine, NDR] avec les bras plein de disques, se présentant comme le label de Franck Sinatra, Louis Armstrong et Ella Fitzgerald et réussissant à y vendre ses copies à côté de celles de labels légendaires comme Capitol, RCA ou Columbia, à un prix inférieur », indiquent les avocats. Ils estiment aussi que les boutiques en ligne sont au courant des pratiques de ces « labels pirates », mais continuent de collaborer avec eux pour attirer plus d’acheteurs et d’abonnés.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More